Aller au contenu. | Aller à la navigation

Solidarité internationale
Vous êtes ici : Accueil Ma commune Services communaux Solidarité internationale

Solidarité internationale

 

Lemoine Pierre
environnement@floreffe.be

maison.gif
Rue Emile Romedenne, 11
5150 Floreffe
telephone.gif
081/44.71.18
fax.gif 081/44.71.23
email.gif environnement@floreffe.be
google
Plan d'accès 

 

 

horaire.gif Du lundi au vendredi de 8h à 12h et de 13h à 16h30 le lundi et le vendredi

Le mardi et le jeudi après-midi, nous travaillons à bureaux fermés mais reçevons sur rendez-vous.

 

 

 

 

Solidarité internationale – soutien à la valorisation d’Azolla dans la région de Tarija (Bolivie)

 

Depuis 2014, 4000 € (50 centimes par habitant) consacrés à la solidarité internationale sont affectés au soutien d'un projet de production et de valorisation d'Azolla, fougère aquatique capable de fixer l'azote atmosphérique, en produisant des quantités importantes de biomasse, lui conférant les propriétés suivantes:
•    excellent fertilisant naturel,
•    fourrage pour divers animaux (poissons, porcs, bovins, canards et autres volailles,…)
•    couverture de sols pour limiter les pertes d’eau et prévenir l’érosion
•    assainissement des eaux usées
Il faut aussi noter le potentiel exceptionnel de l’Azolla pour fixer le CO2 : 1 ha de production d’Azolla permet de capter 30 à 40 tonnes de CO2/an.



Ce projet est mené au profit des communautés locales de la région de Tarija dans le Sud de la Bolivie.

Le choix du pays : La Bolivie est, avec le Nicaragua,  le pays le plus pauvre d’Amérique latine.   Jusqu’à 2015, il était un pays partenaire de la coopération belge (CTB devenue Enabel, projets soutenus jusque 2019).   Il est toujours éligible pour des projets soutenus par Wallonie Bruxelles International.  

Le projet :
Dans le prolongement du travail réalisé sur place par François Laviolette pendant les années qu’il a passées en Bolivie, le projet soutenu vise à poursuivre le  du travail de démonstration et d’information sur l’Azolla, ressource locale permettant aux agriculteurs, sans investissement et avec des techniques simples, de protéger les sols, disposer de fourrages ou de fertilisants naturels et bon marché, tout en améliorant leur production et générant des revenus complémentaires.  

Axes d’action :
•    Sensibilisation du monde agricole et académique de la région de Tarija à l’intérêt de l’Azolla dans ses divers usages ;
•    Réalisation de quelques essais pour démontrer l’intérêt d’Azolla (fertilisant, couvre-sol,….) ;
•    Poursuite de l’inventaire des plans d’eau des communautés rurales de la région de Tarija sur lesquels une production d’Azolla est réalisée ;
•    Réalisation d’un site regroupant une information complète sur Azolla en espagnol, à usage des agriculteurs locaux et permettant de faire le lien avec d’autres utilisateurs (notamment en région amazonienne de Bolivie, dans d’autres pays).
•    Contacts pour la mise en place d’une petite filière économique par la création d’une petite structure économique (PME, ONG locale) de confiance, équipée de petit matériel de récolte, de transport,.. permettant de créer un "marché" en formalisant l'offre et suscitant davantage de demande pour l'Azolla, ses applications et ses produits.  Des acteurs de la filière, à Tarija et au-delà, sont intéressés de lancer, de manière effective, une filière de vente de « bocashi » (engrais naturel à base d’Azolla compostée), de courtes formations personnalisées sont assurées à destination de ces personnes.  

Réalisations :

  • 2015 : deux étudiants de la haute Ecole de la province de Namur ont consacré leur Travail de Fin d’Etudes à Azolla.  

 

 

  • En 2017, un agronome bolivien, l’Ingénieur Walter Sanchez Solano, a  été engagé pour piloter le projet.  On peut découvrir un outil de sensibilisation et d’information (trois petits films en espagnol, également) qu’il a réalisé ici : https://www.youtube.com/channel/UC2wMTaso4KMIrUjBgkwwJSg


Perspectives 2018 :
Depuis février 2018, un couple franco-argentin (Grace Abou Mansour et Sebastian Paggi) a repris le flambeau.  

Les divers axes du travail – information, sensibilisation, essais, inventaire des plans d’eau pouvant être valorisés, …- seront poursuivis.  

Le travail a été, ces dernières semaines, particulièrement orienté vers des producteurs de raisin, nombreux dans la vallée de Tarija. L’Azolla semble particulièrement indiquée pour les viticulteurs qui souhaitent passer d’une agriculture conventionnelle à l’agroécologie.  
Des partenaires – agronome, technicien en viticulture - ont été identifiés et devraient permettre de déboucher sur une augmentation de la production d’Azolla à transformer en bocashi ou autres sous-produits.   Un partenariat a été conclu avec la CEVITA (Centro Vitivinicola Tarija), organisme officiel dépendant du gouvernement régional qui encadre la filière viticole dans la région de Tarija, qui permet de disposer d’un véhicule pour les besoins du projet.    

Perspective finale :

Assurer que ce circuit économique basé sur des besoins locaux importants (engrais, fourrage, conservation du sol et de l'eau, litière (?), substrat d'enracinement, écoconstruction, etc) s'installe à long-terme à Tarija ; ensuite, essaimage de la dynamique dans d'autres régions du pays (et soyons fous, hors frontières).

 

 

 

Présentation du développement et de l'utilisation de l'azolla.

Articles de presse

Maison Communale

9 - 11, Rue Emile Romedenne
5150 Floreffe
Tél: 081/44 71 10

 

Service Population et Etat civil:
Lundi, mercredi et vendredi de 8h à 16h30.
Mardi et jeudi de 8h à 13h.

Samedi de 9h à 12h (uniquement Population).


Attention, en juillet et août, la permanence du samedi matin
ne sera assurée qu'une semaine sur deux. A savoir :

- le samedi 14 juillet 2018
- le samedi 28 juillet 2018
- le samedi 11 août 2018
- le samedi 25 août 2018

 

Heures d'ouverture des autres services:

Lundi, mercredi et vendredi de 8h à 12h et de 13h à 16h30
Mardi et jeudi de 8h à 12h et sur rendez-vous l'après-midi.